Un stage au pays des jersiaises

Cela fait 3 semaines que je suis rentrée de mon stage en Angleterre. J’ai été accueillie à l’aéroport par John, le père de mon maître de stage, qui m’a tout de suite mise à l’aise, ce qui a également été le cas de toutes les personnes de la famille que j’ai pu rencontrer.
L’exploitation sur laquelle j’ai réalisé mon stage est uniquement composée de jersiaises, en effet il y a environ 270 vaches qui produisent 1 500 000 litres de lait par an, ils ont également un troupeau de vaches allaitantes. Une partie de leurs vaches sont croisées avec de l’Hereford ou du bleue car elles sont atteintes par la « john disease », ils inséminent donc uniquement en jersiaise les vaches « saines ».

En arrivant j’ai pu découvrir qu’il y avait 3 ouvriers, Richard qui est à temps plein, c’est lui qui s’occupe des vaches, il fait également le parage et l’insémination, de plus c’est un pro de la jersiaise, un véritable atout pour l’exploitation et il est également un enseignant formidable, en effet il apprend à Josh à faire le parage et à Andrew l’écornage, il a vraiment un don pour enseigner. Le deuxième ouvrier à plein temps c’est Josh qui est plus polyvalent, en effet il s’occupe des veaux, la traite le soir, fait l’insémination également mais s’occupe aussi des cultures. Le dernier ouvrier de l’exploitation c’est Andrew qui est présent quatre jours par semaine, lui s’occupe principalement de l’alimentation des vaches. Il y a également John et Susan qui viennent de temps en temps pour aider Tom (mon maître de stage) avec la paperasse et pour pasteuriser le lait pour leur machine de vente de lait mais également car ils ont un business dans la pomme de terre en commun. Une équipe d’ouvriers formidables qui passent leur temps à se taquiner mais surtout à taquiner Andrew.

Je suis tombée dans une famille vraiment formidable, en effet Claire et Tom m’ont tout de suite accueillie comme un membre de leur famille et grâce à cela j’ai pu tisser des liens avec leur fille Ava, au début elle ne voulait pas me parler ni m’approcher puis au fur et à mesure des jours nous avons commencé à jouer ensemble, à parler et les dernières semaines elle voulait absolument venir avec moi faire les veaux, elle voulait me suivre absolument partout. J’avais le droit dès qu’elle me voyait à « Good morning Chloé! » qu’on soit le matin ou le soir, j’ai rencontré une petite fille adorable mais pleine de caractère et qui sait ce qu’elle veut. Il y avait également Zara leur autre petite fille avec qui j’ai passé beaucoup de temps aussi mais elle n’avait que 9 mois mais j’ai pu la voir évoluer pendant mon temps chez eux.

Durant ce un mois et demi de stage j’ai donc fait la connaissance de personnes formidables, la seule chose que j’aurais à redire c’est que j’aurais aimé qu’ils me fassent découvrir un peu découvrir leur région et des fermes aux alentours qui travaillent différemment de la leur. Malgré cela ce fut une expérience enrichissante tant au niveau humain, qu’agricole.

Chloé Maugé.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *